Le coin des auteurs

 

Cette page est réservée à nos auteurs pour qu'ils puissent s'exprimer sur leurs créations et sur leurs projets.

CAMILLE PARROCHIA

À propos de l'écriture du second épisode de Léa & Martin...

 

 "Je tourne les pages d'un livre qui n'existe pas encore !  Mais dans ma tête je peux le faire exister.

C'est simple en fait, il suffit d'ouvrir le livre à la bonne page et de lire ce qu'il y a d'écrit ! Tu vois, je n'y avais pas pensé, mais ce livre existe déjà quelque part dans le monde. C'est sûrement cela de voyager dans le futur, en fait tout est comme cela, c'est que notre regard ne se tourne pas encore suffisamment du bon côté.  Nous n'osons pas. C'est typique de l'écriture. Un livre émerge au fur et à mesure que nous le créons, mais on peut imaginer qu'il existe quelque part.

 

 Michel-Ange disait que dans un bloc de marbre il voyait déjà la sculpture qu'il allait faire et que tout son travail c'était de dégager la sculpture qui était à l'intérieur de ce bloc de marbre.

 

Eh bien, tu vois jusque-là je pensais que nous écrivions les pages les unes après les autres et puis maintenant que nos personnages courent devant nous, nous n'avons qu'à les suivre et c'est un autre travail que d'arriver à capter tout ce qu'ils ont à nous donner et à nous montrer. C'est assez angoissant de se dire que nous pourrions en oublier quelques miettes, ce serait dommage. Alors il faut être très attentif, voilà une autre façon de faire. C'est ce que j'ai un peu commencé l'autre jour en courant trop vite vers la fin de l'aventure. Heureusement, nous avons l'enregistrement, nous pouvons revenir en arrière."

 

le 15 10 14

 

Petit extrait du nouvel épisode de Léa & Martin
 

   Premier chapitre

   L'hôpital.

 

   MARTIN.

 

Léa est à l'hôpital, elle déprime suite à un accident m'a dit maman. Je n'en sais pas plus.

Je n'imaginais pas que ma sœur puisse déprimer. Ce n'est pas dans sa nature, bien au contraire, elle donne toujours l'impression d'être ailleurs et sinon elle est tellement passionnée que je ne vois pas où la déprime pourrait s'immiscer en elle.

Ou bien elle était amoureuse et elle s'est faite plaquer, mais pas au point d'en faire une déprime ! C'est vrai qu'elle a toujours eu un petit côté fragile, et puis à quatorze ans ce n'est pas du sérieux, ce n'est pas le divorce du siècle ! Non vraiment je ne comprends pas.

Moi ça ne me viendrait pas à l'esprit de déprimer. Surement que parfois j'ai un petit peu le blues, mais de là à faire une déprime, une grosse fièvre et aller à l'hôpital…non, cela ne lui ressemble pas.

Et puis quel accident ?

C'est surement les organisateurs du camp qui ont paniqués et qui l'on envoyé à l'hôpital pour ne pas avoir d'ennuis. C'est vrai, quand on ne sait pas ce qui se passe, on préfère prendre des précautions.

 

Moi je suis loin d'elle, je suis en Irlande avec Merlin qui est venu rejoindre son père qui vient de s'installer ici. L'Ariège est loin de nous, et je ne vais pas reprendre l'avion dans l'autre sens aussi vite. Cela fait seulement une semaine que nous sommes arrivés.

Léa a commencé son camp en Auvergne, pays du frère de maman, depuis deux semaines. C'est un chantier pour réhabiliter les bords d'une rivière. Un chantier international de jeunes qui font œuvre utile et du tourisme. Léa, la nature c'est son truc, ça lui correspond bien...
 
Écrit le 09/01/2014
 

Un second épisode de Léa & Martin ?

Petit retour en arrière...

" Un deuxième épisode de L & M ?

 J'y pense beaucoup, je crois beaucoup en Léa pour m'aider à mettre en forme mes interrogations intérieures, celles d'une jeune fille qui cherche sa voie à travers ses études et ses voyages extraordinaires. Comment concilier l'intérieur le plus profond de nous avec une vie quotidienne faite de répétitions et d'investissement temporel dans le monde matériel ? Comment trouver son équilibre et ne pas être trop accro au monde virtuel ou plutôt immatériel ?

 

Qu’est-ce que tu en penses toi, justement, puisque c’est ton cas, tu vas de l’un à l’autre et en plus l'un des deux n'est pas du tout confortable, ton quotidien n’est pas confortable.

 J'ai beaucoup à dire sur ces allez et retour entre une personnalité libre et entreprenante qui puise sa force dans les mondes parallèles et les aventures merveilleuses qu’elle peut y trouver et bien sûr la vie routinière, empreinte de matérialisme dur, qui oblige à une sorte de combat quotidien contre, ou face à une matière qui résiste ou qui se transforme seulement selon ses propres caractéristiques et capacités. C'est un peu comme ce corps qui est le mien et qui ne fait que ce qu'il veut.

Je pense que je peux plonger Léa dans un monde matériel où elle ne se sent pas à l'aise, pas de bricolage, des problèmes avec les ordinateurs ou les choses dès qu'elles sont un peu sophistiquées, Léa est une fille très instinctive, naturelle qui a du mal à se confronter à un monde moderne et sclérosant.

Alors son incapacité ou ses difficultés à vivre dans ce monde-là, le monde de tous les jours, pourraient bien refléter les difficultés que moi je rencontre avec mon corps. Elle aurait les mêmes raisons de s'échapper que moi dans des mondes oniriques où elle se sentirait totalement libre, ayant des capacités extraordinaires de déplacement dans l'espace à travers le temps et bien sûr un contact des plus profonds avec la nature, la terre mère, les arbres, les animaux et puis petit à petit, mais peut-être pas tout de suite, elle va pouvoir transplanter ses pouvoirs extraordinaires dans le monde matériel. Il lui faudra subir quelques épreuves qui renforceront ses capacités à être elle-même en toutes circonstances. C'est assez grisant de voir comment il y a une grande analogie possible entre ma vie est la sienne.

 

Je suis dans un profond étonnement de me retrouver dans cette position créatrice qui me délivre de toutes mes peurs internes et aussi qui me fait découvrir la richesse de ma pensée. Sûrement que l'épreuve que je traverse en ce moment pourrait être décrite comme étant une épreuve supportée par Léa, la maladie reflète toujours un dérèglement de notre équilibre intérieur et sûrement un désordre entre nos deux mondes. J'entraperçois maintenant une richesse immense, car si je grave en moi dans ma mémoire chaque moment de ce passage à l'hôpital il est bien possible que j'en fasse toute autre chose, que je magnifie totalement ce moment de souffrance, je m'interroge pour savoir si elle aussi elle aura de la visite la nuit…

D'autant plus qu'elle peut être malade à son retour d'une expédition dans la véritable forêt de Bornéo…

Tu vois, avoir la capacité de s'identifier à une héroïne dont on couche la vie sur le papier, cette capacité qui m'est donnée me transcende totalement. Chaque instant de la vie est porteur de sens et d'un futur qui n'appartient qu'à nous de faire, de rendre glorieux, libérateur, bénéfique en tous sens !

C'est une porte donnant sur un magnifique paysage lumineux et porteur d'espoir.

Merci, bonne nuit."

 

Petite conversation avec Camille le 14 07 13 !

 

 

Camille Parrochia

Souvenirs d'écriture

Comment allons-nous travailler sur le scénario ensemble ?

Je veux bien réfléchir et te dire chaque mercredi, mais j'aimerais que toi aussi tu écrives de ton côté pour donner de la forme au récit, ça je ne crois pas savoir le faire, pas encore.

Oui ce serait l'idéal, mais je sais que c'est du travail pour toi.

 

Dans quel monde voudrais-tu qu'ils aillent la première fois ? Comment allons-nous les appeler ?

Léa et Martin.

Où Léa pourrait-elle aller ?

Il y a beaucoup de destinations possibles, je crois que ce qui l'intéresserait, c'est de découvrir une forêt vierge dans sa maison. D'abord quelque chose de simple, un dépaysement total, une forêt vierge où tout est encore possible, car si l'on s'aventure plus loin on découvre des animaux merveilleux.

Serait-elle accompagnée de son chat, ou alors les animaux qui vont les accompagner à chaque fois, est-ce que ce sont des animaux qu'ils vont trouver à chaque aventure, à chaque fois, à chaque voyage ?

Un animal avec lequel ils peuvent communiquer par la pensée.

Léa descend les escaliers, elle se trouve dans la forêt vierge elle trouve ça merveilleux, elle voit deux yeux dans les fougères et puis…

Il faut qu'elle rentre en communication avec cet animal sans le voir au début. Caché comme un rôdeur ou quelqu'un qui surveille cette porte d'entrée invisible qu'elle vient de franchir.

L'animal qui est là est chargé de surveiller cette porte, cet endroit de passage et Léa va rentrer en communication avec lui sans le voir ? on est déjà dans le monde de la communication et ils vont communiquer comme cela tous les deux ? Elle lui parle et lui va lui répondre dans sa tête ?

Oui, c'est une bonne idée, je me souviens que nous en avons déjà parlé, souviens-toi des animaux totem qui vivaient sur l'épaule de la petite fille dans la « Boussole d'or » ?

C'est un animal avec lequel on parle, qui vous comprend et qui a des pouvoirs ?

Il a des pouvoirs surtout celui de vous faire voir l'invisible et de comprendre tous les autres animaux, une sorte de langage universel…

La publication d'un tel recueil est un geste presque militant pour défendre les sans voix. Surtout ceux qui cumulent, comme ces auteurs anonymes qui ont bien voulu répondre à ma sollicitation, plusieurs handicaps.

Cela leur confère une position particulière dans notre monde et j'aime me rendre complice de leurs débordements comme de leurs réflexions les plus authentiques.

J'ai cette chance de pouvoir partager avec eux leur jardin secret. Je m'y glisse par la petite porte dérobée, celle par laquelle les amants se retrouvent dans les contes des mille et une nuits.

Certains de leurs récits seraient de merveilleux contes initiatiques. Ils en ont souvent la puissance, sinon la forme. C'est un bonheur de pouvoir partager leurs imaginaires et leurs voyages extraordinaires.

J'ai hâte de les retrouver pour peut-être commettre une suite à ce récit fabuleux.

Roland.

20/04/17

Roland Ducroux

à propos du carnet

  • Wix Facebook page
  • Wix Twitter page
  • Wix Google+ page

Roland Ducroux

Communication Animale

Communication reliée

Lorsqu'une expérience commence à prendre de l'ampleur et à devenir transmissible, il me semble nécessaire de s'atteler à la tâche. C'est ce que j'ai fait depuis maintenant plusieurs années. Reste à tout mettre  en ordre pour en construire une restitution facile d'abord et suffisamment détaillée pour que celui qui s'est engagé dans cette voie trouve matière à réflexion et  accompa-gnement dans son cheminement.

J'ai eu la chance de rencontrer la communication animale après avoir découvert la psychophanie qui permet de dialoguer avec des personnes mutiques, handicapées ou non. De ces deux approches de "l'autre" dans toutes ses dimensions, j'en ai fait ma propre méthode qui s'est rapidement nommée Communication Reliée, car c'est bien de lien entre les êtres dont il est question.

Le vivant nous interroge chaque jour, les connaissances autour de notre cerveau s'agrandissent régulièrement et le monde animal se dévoile à l'humain de plus en plus.

Tous ces mouvements captent notre attention et pour qui s'intéres-se de très près au monde animal c'est une source d'émerveil-lement et un réconfort qui vient renforcer ce que nous avions déjà découvert.

La communication animale est sans limites, elle touche la vie de l'homme en osmose avec le monde animal jusqu'au plus profond de l'âme humaine.

Cette âme humaine est fortement impliquée dans notre relation à l'animal, tout comme sa propre âme. Elles grandissent l'une et l'autre côte à côte. L'une ne peut s'élever toute seule en laissant l'autre derrière elle. Nos destinés sont liées.

J'espère que ce modeste recueil vous accompagnera pendant ce voyage à la découverte d'un autre monde: celui de notre frère animal.

    © 2023 by Samanta Jonse. Proudly created with Wix.com